Centre d’accueil de Jalhay : quand les demandeur⸱ses d’asile paient le prix de la privatisation

En octobre 2020, la gestion du centre d’accueil de Jalhay (Spa) est passée de la Croix-Rouge à la coopérative Svasta. Ce changement a entraîné une importante diminution du personnel et des dysfonctionnements graves : limitation de l’accès aux soins, exploitation des résident·es au profit du gestionnaire privé, logements insalubres, menaces, intimidations et chantage de la part de la direction sur les résident·es. Enregistrée comme coopérative à finalité sociale, Svasta est administrée par le groupe hôtelier de luxe Corsendonk et gère les centres sur les sites de ce dernier.

Enregistrement des demandes d’asile : un nouveau système qui laisse les candidat·es à la rue

Suite à la crise Covid-19, l’Office des étrangers a changé la procédure d’enregistrement des demandes d’asile. Le délai d’attente peut aller jusqu’à 8 semaines. Entre temps, les candidat·es ne bénéficient pas automatiquement d’une place d’accueil. Certain·es sont contraint·es de dormir dans la rue. Cela vaut aussi pour les femmes enceintes ou les familles avec enfants. Nous dénonçons ici cette situation.

Précaires et exilé·e·s : une nécessaire lutte commune

© Riposte-Cte

On constate actuellement en Europe deux conceptions des sociétés qui se cristallisent autour de l’accueil des exilé·e·s. Ces deux conceptions ont en commun l’idée qu’il existe une fracture, un clivage profond de la société : elles diffèrent cependant quant à la nature de ce clivage.